Sch, Dieu et la loi des gangsters

Le nouvel album de Sch s’appelle Deo Favente, en latin : A la faveur de Dieu. Que dire de cette référence à Dieu pour celui que les complotistes aiment associer à Satan? Serait-ce une orientation plus spirituelle ou sérieuse des propos du rappeur d’Aubagne? En écoutant les extraits assez agressifs, on se dit que non. En fait, si le S est chrétien, c’est à la manière d’un gangster, c’est-à-dire sans vraiment suivre les enseignements de la bible, tout en éprouvant des remords, comme les personnages de Gomorra.

Si les références à la religion sont fréquentes dans la musique de Sch, la loi divine y a une grande sœur cruelle: la loi de l’argent, celle des gangsters. Ces deux lois se superposent, se confondent ou s’opposent dans les textes du S. Entre deux feux (infernaux), Sch choisit la réussite sociale, avec tout le prix qu’elle fait payer.

Dans l’album, la plus prégnante des deux lois est évidemment celle de l’argent, qui truffe les textes de Sch de symboles de réussite et qui fait dire aux puristes que ce nouveau rappeur n’est qu’un sale capitaliste sans honte. Mais en fait, dans le monde de Sch, l’argent n’est pas un luxe, c’est une nécessité vitale, car l’argent c’est le pouvoir, comme pour les gangsters, et que sans pouvoir, on finit mort dans un règlement de compte stupide, ou on donne sa santé pour 1200 euros par mois. On écrase ou on est écrasé, et même si cela a un prix, Sch semble avoir choisi de dominer. Dans cette optique, d’un côté, les deux lois se superposent : grâce au succès, il pourra quitter l’enfer où il a grandi (« j’ai poussé dans la fournaise », Pas la paix) où vivent des « mecs sans même une âme » (La Nuit). Mais d’un autre côté, Sch raconte également le prix de la réussite sociale, violente : « j’vais t’clouer les mains, les pieds, pour les clouer » (Nino Brown). Pour se faire respecter, il commet des actes impardonnables envers Dieu, symbolisé ici par la crucifixion, et il se damne. La loi divine vient ainsi cruellement lui infliger des remords pour ses actes. Derrière ces remords, se cache aussi la peur de la mort, qui réduira fatalement sa réussite matérielle au néant : « l’au-delà viendra me prendre ce que j’ai construit » (Temps mort).

Le S étant obsédé par le succès, ces lois influencent également ses rapports aux femmes, et les rendent ambivalents. La réussite matérielle lui attire en effet bien des femmes faciles, et ces rapports sont parfois bénéfiques en se mêlant à la loi de l’argent, l’argent lui amène de belles femmes, qu’il peut exhiber pour plus de pouvoir. Mais bien souvent, quand la relation devient sérieuse, la femme prend la parure du diable : « dans ses yeux noirs, j’ai vu les ténèbres et le diable » (Ma kush). Ainsi la femme est souvent négative et peut s’avérer destructrice. « Je vais m’y perdre à m’y investir » (J’attends). Il met en avant l’incompatibilité entre le succès et le vrai amour, (« t’as beau n’faire que m’aimer, j’vois que mes loves et mes kilos », Météore), (« Faut qu’une femme pour ruiner un homme », Poupée russe). Ainsi, riche et empilant les succès, Sch se retrouve néanmoins très seul et plein de regrets par rapport à la femme qu’il a aimé.

« J’serais là si j’avais ton âme, j’serais là si j’avais ton time, mais j’en ai pas » (Nino Brown), le S se décrit lui-même comme damné, il est en tout cas pris par de profonds remords. Mais il n’a pas de time non plus, il se sent forcé à la réussite, pour son honneur, pour ses proches, pour venger son père qui a du donner sa santé pour son travail. Pour ça, il est prêt à sacrifier sa morale, mais en prenant le risque de tout perdre. « J’vais mourir debout, c’est pas pour rire » (Poupée russe).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :