‘What A Time To Be Alive’, l’exact opposé de ‘Watch The Throne’

Pour fêter les deux ans d’ancienneté de What A Time To Be Alive, projet collaboratif de Future et Drake, Skrt! Mag vous propose d’aborder cet opus commun sous un angle différent. Tout d’abord considéré comme une sortie blockbuster, What A Time To Be Alive a vite été comparé à l’album réalisé par Kanye West et Jay Z en 2011, Watch The Throne. Cette comparaison hâtive revenait régulièrement pimenter les sujets quotidiens non seulement à cause des statuts de superstars attribués aux deux duos, mais aussi par leur règne incontestable sur le rap game au moment de la sortie des deux projets. Cependant, il se pourrait que cette théorie soit complètement inversée, voici six raisons pour lesquelles What A Time To Be Alive est en fait, de manière recherchée, l’exact opposé de Watch The Throne.

L’ancienneté

2011 : Alors que Kanye West venait de réaliser l’un des albums les plus complets de sa carrière avec My Beautiful Dark Twisted Fantasy et que Jay Z sortait le troisième volet des Blueprint, leur carrière musicale datait déjà de plus d’une dizaine d’années et leur empreinte rapologique en avait déjà influencés plus qu’un.

2015 : De l’autre côté, Future avait la soif de vengeance. Après sa séparation avec Ciara avec laquelle il est père d’un enfant, il venait de sortir une série de trois mixtapes et un album époustouflant (DS2) qui marquaient son retour par la grande porte dans le monde de la trap. Drake lui avait pris tout le monde de court en début d’année en sortant une mixtape énergique et plus que réussie (If You’re Reading This It’s Too Late). Les deux artistes étaient donc au sommet de leur art juste avant la sortie de leur projet en commun, pourtant leur règne dans le monde du rap était tout frais et ils avaient une carrière qui datait de moins de dix ans contrairement aux deux autres.

Une souffrance masquée

Watch The Throne exprimait la joie, le succès, la folie (that shit cray!) et toute cette ambiance à la fois clinquante et oppressante que respirait l’album. Une ode à l’excellence (Black Excellence) où Kanye et Jay se disaient heureux de leur accomplissement. What A Time To Be Alive était tout le contraire, même si les deux rappeurs monopolisent le terme de la réussite, celui-ci cache le vrai sentiment des deux : la souffrance et la dépression. D’ailleurs, sur une boucle de piano agonisante de Live From The Gutter, Future fait part de ses démons (ses addictions aux drogues) et de ses évanouissements fréquents. De l’autre côté, Drake exprime son sentiment d’insécurité qui plane sur le reste du projet.

When you say you love a nigga, do you really mean it?
When I was sleepin’ on the floor, you should see how they treat me
I pour the Actavis, pop pills so I can fight the demons

La position de leur communauté

Sur Niggas in Paris, Kanye West et Jay Z évoquaient la fierté d’être afro-américains et riches dans la haute-société. Tout au long de l’album ils faisaient éloge et élevaient sans cesse le statut d’une communauté qui a déjà tant souffert dans son histoire. Cependant, cette fierté est vite dénigrée et entachée sur le projet de Future et Drake. Ils relatent la vie dans les rues et évoquent la lutte que chaque individu doit entreprendre pour espérer gravir un petit échelon. Comme sur I’m The Plug, le thème du dealer est omniprésent (et revient sans cesse sur l’ensemble de l’album), les drogues ou encore les strip-clubs (Change Locations) sont tous des sujets négatifs où l’argent est un appât et les individus sont prêts à tout pour l’acquérir.

First I got married to money
Then I fell in love with that dirty

Le label

Les quatre rappeurs sont tous à la tête de leur propre maison de disque et n’hésitent pas à mettre en avant le nom de leur empreinte lorsqu’ils débitent leurs textes. Kanye et Jay Z l’ont fait sur Watch The Throne tout comme Drake et Future l’ont répété sur WATTBA. Sur Big Rings Drake va même aller plus loin dans l’idée en évoquant la fabrication de plusieurs bijoux pour marquer à jamais l’empreinte de son label et ses affiliés qui en font partie. Pire, il va même jusqu’à la provocation et à la confrontation avec les autres maisons de disques. Est-ce que cette pique concernerait même la clique de Jay Z et Kanye West ? :

Man, what a time to be alive
You and yours vs. me and mine
Are we talkin’ teams? Are we talkin’ teams?
Oh, you switchin’ sides? Wanna come with me?

L’alchimie des duos

Contrairement à la complémentarité parfaite des deux autres, la cohésion et l’alchimie entre Drake et Future n’est pas le point fort de leur projet. Il en serait même logique de souligner que c’est le chaînon manquant pour apporter ce plus, qui élèverait, encore un peu, la qualité de WATTBA. En effet, Drake et Future prennent tellement de place lorsqu’ils réalisent un morceau, qu’ils ont de la difficulté à le partager. Excepté le fabuleux refrain chanté en chœur sur Diamonds Dancing, il y a toujours un des deux emcees qui fait de l’ombre à son acolyte. D’ailleurs, les deux derniers titres de leur projet résument parfaitement cette sensation, Jersey est un solo de Future tout comme 30 for 30 Freestyle l’est pour Drake.

Les femmes (et la famille)

Un autre contraste évident entre les deux albums, est le thème de la femme. Mariés, plus matures, et presque parents lors de la sortie de Watch The Throne, Jay Z et Kanye West dévoilent leur fragilité et leur passion pour leurs familles. Beyoncé et Kim Kardashian sont un thème récurrent et il y a même un morceau dédié à leurs futurs enfants (qui n’étaient pas encore nés à ce moment-là). De l’autre côté, Future et Drake ont une toute autre approche plus directe et agressive, à la limite d’une misogynie fictive :

I do not chase girls, but they run a mile for me, Drake

I got a bitch located in every city, Future

Innovation et conservatisme

Produit majoritairement par un Metro Boomin inspiré, mais à la direction des volontés instrumentales de Drake et Future, WATTBA est solide mais pas osé. En effet, même si le projet est terrible d’efficacité et les productions réalisées sont addictives, artistiquement, les deux rappeurs ne sortent pas de leur zone de confort. Ce conservatisme semble avoir été voulu d’entrée par le duo afin d’en faire un projet vendeur. Par contre, c’est tout le contraire dans Watch The Throne. La plupart des mélodies sont expérimentales et vont même jusqu’à aborder des rythmiques de la dubstep comme sur Niggas in Paris et Who Gon’ Stop Me. On y retrouve des innovations à la production et une totale déconstruction de la réalisation d’un morceau comme sur Black Excellence qui comporte deux morceaux totalement différents en un.

Annoncé à sa sortie comme une collaboration stellaire et  éclatante comme le prouve la couverture de l’album avec ces différents diamants, WATTBA en est l’exact opposé. En effet, nageant sans cesse  dans l’inquiétude, la souffrance ou relatant des thèmes négatifs, Drake et Future s’enfoncent au fil de l’écoute dans une ambiance dépressive et malsaine à tel point que l’auditeur peut se sentir oppressé. Une atmosphère qui est donc totalement différente à celle de l’album de Kanye et Jay Z  qui contenait également une pochette dorée et scintillante, mais traitait de thèmes plus optimistes et glorieux. Ce projet de Future et Drake était-il donc une simple coïncidence ou un réponse vraiment travaillée pour d’être complètement en contraste avec Watch The Throne ? Nul ne le saura.

Pour finir, quelques semaines après la sortie du projet, un Future complètement fataliste disait dans une interview accordée à Mass Appeal que la collaboration avec Drake « n’avait jamais eu lieu ». De quoi ajouter encore plus d’incompréhension sur le concept véridique de cet album collaboratif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :