[Interview] Gros Mo

Toujours à Bulle dans les fameuses soirées Passe à la trappe organisées aux Archives, on a aussi eu la chance d’avoir un concert et un interview de Gros Mo, emcee originaire de Perpignan et proche de Némir.

 

Skrt! Mag :  Salut Gros Mo! C’est ta deuxième date en solo en Suisse si je ne m’abuse. J’aimerais savoir une chose : Est-ce que le public suisse est chaud ?

Gros Mo :  Franchement, j’avais eu une mauvaise expérience à Genève parce que la salle était vide. J’ai joué devant, j’sais pas, sept personnes (rires). En revanche, ici pour le coup ils étaient chauds, c’est même nous qui étions fatigués j’crois! On a pris un coup d’vieux j’te jure (rires).

SM: Nous, on t’a connu avec ton premier EP, joliment nommé Fils de Pute qui comportait des morceaux bien lourds! Deux ans plus tard tu nous sortais Les # de Gros Mo, pourquoi ce nom déjà?

GM: Simplement parce qu’avec En’zoo à chaque fois qu’on finissait un son on mettait un hashtag devant et au final vu que ça faisait que des hashtag j’me suis suis dit que c’était mes dièses. Du coup ça a donné les dièses de Gros Mo. Attention c’est pas les hashtags de Gros Mo parce que y en a plein qui m’ont cassé les couilles avec ça. Rien qu’avant un mec m’a croisé et m’a dit « putain lourd les hashtags de Gros Mo » (rires).

SM: On te sent beaucoup plus à l’aise musicalement dans ce second projet, tu tentes beaucoup plus de choses. Quels artistes t’inspirent aujourd’hui ?

GM: En ce moment ce qui m’inspire c’est des vieux trucs, des vieux chanteurs berbères. Mais si j’te donne les noms, laisse tomber tu vas même pas comprendre! Rien que la prononciation, elle est technique (rires). Mais, en vrai, j’écoute tout ce qui se fait, j’suis un curieux.

SM: Hélas pour nous, t’as un point commun avec Némir, tu mets du temps à sortir des projets… Pourquoi?

GM: C’est pas que notre faute, c’est qu’on a le même beatmaker et j’espère qu’il lira cette interview! (Rires)

SM: En’zoo donc?

GM: En’zoo ouais! C’est simple, c’est un génie, il défonce! C’est trop mon frère, donc quand je l’ai pas vu pendant trois semaines et que J’vais au studio trois jours pour finir un truc, on va se redécouvrir, parler pendant des heures! On aime bien discuter. Même sur scène moi je préfère presque discuter avec le public que rapper parce qu’en vrai c’est à ce moment là que tu te vends. Tu montres que y a la musique, le personnage Gros Mo qui va un peu faire peur, parler de Daesh, mais qu’à côté de ça on est des humains et qu’on a la tête sur les épaules. Moi J’sais que le rap c’est un délire du moment et que peut-être que dans quelques temps j’ferais plus du rap, je ferais autre chose. C’est pour ça que c’est important de discuter

GMMAK-6619

SM: Tu prends ta weed dans les mains, bon timing! Tu parles beaucoup de femmes et surtout de Weed dans tes textes. La musique sans bédave c’est possible pour toi?

GM: J’aimerais bien que ça le soit! J’suis pas un pro-bedaveur, en vrai j’ai un rapport spécial avec la weed… je la déconseille fortement à toute la jeune génération qui vient à des concert trap et qui écoute des mecs comme moi. J’leur conseille de faire très attention avec ça. Y a moyen que dans plusieurs années on dise que c’est de la drogue dure et que ça a détruit des gens. Le nombre de potes qui ont découvert ça et qui sont devenu paro à cause de ça.. Vraiment moi la musique sans weed j’aimerais bien, d’ailleurs tous les gars qui font de la musique et qui ont arrêté la weed ils ont tous réussi! Et les galériens comme moi, on avance pas. Y a deux mois par exemple, j’ai eu un gosse et j’ai arrêté de fumer pendant 10 jours et j’étais plus vif! Mais bizarrement, je faisais plus de son… Du coup, j’suis aller m’acheter un 10 grammes pour finir mon projet! (Rires)

SM: Malgré le fait qu’il y a plus de musicalité dans tes chansons, tu gardes tout de même pas mal d’influences bien sombres, tu fais pas mal de références a des films d’horreur, voire des références sataniques. D’où te viennent-elles?

GM: La vie, ce qu’on a traversé, de l’actualité. C’était une période sombre ces dernières années entre Charlie Hebdo, Bataclan tout ça.. Pis c’est aussi et surtout pour emmerder des mecs comme les Killuminati là (rires). Y a même des mecs en Belgique ils m’ont envoyé des menaces de mort à cause de ça.

SM: Les clips de #Foktuleken et #Berline sont inspirés de films d’horreur on pense notamment à Projet Blair Witch en caméra subjective, les films d’horreurs t’aimes bien ça?

GM: J’suis accro à ça! J’adore me faire peur (rires). D’ailleurs le clip de #Berline est sorti pour Halloween, on a joué avec le délire clown et tout ça. Pour l’anecdote, un pote à moi bien cramé qui maintenant est en prison hélas, il a vu le clip de #Foktuleken, il m’a appelé et m’a dit « Eh, j’ai vu ton clip là! Frère ça marche ce que tu fais? Parce que si ça marche, moi, j’fais ça direct!! »(rires)

SM: Tu parlais de Charlie Hebdo et du Bataclan, on t’emmerde un peu avec ta barbe en France?

GM: On m’emmerde pas, on se méfie! Et je préférerais qu’on me contrôle parce que j’te jure j’ai roulé trois ans sans permis avec ma tête, j’ai croisé des flics j’ai même passé la frontière espagnole, ils m’arrêtent pas! On dirait qu’ils se disent « Non pas maintenant, si on l’arrête la… Moi j’ai ma femme, mes enfants derrière… » (rires) Wallah, ils se méfient! Dans le train, les gens se méfient, dans le métro ils se méfient. Moi-même j’me méfie! J’vois des arabes barbus rentrer, j’les regarde chelou j’me dis « qu’est ce qu’il va faire ce fils de pute? » (Rires) On est lobotomisés.  Donc forcément j’fais de la musique et j’aime bien provoquer voilà d’où viennent ces influences. Actuellement on est dans une période plus calme du coup dans le prochain projet les thèmes sont différents, et c’est plus calme.

GMMAK-6627

SM: T’adores provoquer, mais penses-tu pas que ça t’empêche d’attirer un public plus large ?

GM: Alors j’ai une théorie là-dessus. Quand j’me mets en mode Gros Mo, c’est tout un concept. On est punk le temps d’un concert ou d’une session studio. Tu sors t’es Morad, t’es daron, t’es tranquille. Et je sais que là, plus les choses avancent, plus j’suis en train de tuer Gros Mo. Genre des fois moi-même j’me dit « Mais comment?! » D’ailleurs plus tôt [NDLR: en dehors de l’itw] on parlait du morceau Des Heures. C’est un morceau que j’ai écrit moi et qu’à la base, j’avais fait pour moi, mais c’est loin d’être du Gros Mo comme tu connais, t’as vu (rires). Après Némir l’a récupéré parce que ça lui parlait pour son album et que nous on marche comme ça. #Desq c’est lui qui a eu l’idée, bref. Au final, dans mon prochain projet il y a à peu près treize titres là et plus de la moitié tu vas te demander « pourquoi il a fait ce grand écart? »

SM: Ouais j’me suis dit ça sur le morceau dans l’album de Deen Burbigo 

GM: Ouais voilà! Mais encore là ça restait dans un style assez trap avec un beat lent.. Là tu vas vraiment te dire que ça n’a rien à voir.

SM: La suite pour toi ?

GM: Bah, tout prochainement un projet qui sort. A la base on devait le sortir en septembre mais on a galéré à le finir sur des détails! On a les titres, on a tout mais faut juste finaliser.. J’crois qu’on va l’appeler Le Jour du Seigneur.

SM: Pourquoi ce titre?

GM: Parce qu’on l’a travaillé que des dimanches, des vendredis ou des samedis.. La Messe, Joumou’a et Shabbat. On boycottait les jours du seigneur on allait faire du sale donc j’me suis dit « Viens on l’appelle le jour du Seigneur » (rires).

Merci à Gros Mo pour ses réponses!

Photos par Maxime Marchionno

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :