[Albums US’17] #13 Drake – More Life

2017 était une année remplie de surprises, de déceptions, ou à l’inverse, de très bons projets qui ont été réalisés. Étant donné que nous arrivons gentiment à la fin de cette cuvée 2017, Skrt! Mag te propose un classement des meilleurs opus US sortis ces douze derniers mois. Un album sera donc dévoilé quotidiennement par ordre décroissant jusqu’au 31 décembre, jour où le meilleur album US 2017, selon Skrt! Mag, sera annoncé. Clin d’œil du destin, après Meek Mill hier, on retrouve aujourd’hui Drake à la 13e place.

More_Life

Drake est sans aucun doute la plus grande star du hip-hop actuel, en témoigne son succès commercial  (7 semaines consécutives #1 pour Views et Hotline Bling) et son statut de businessman accompli (OVO, Toronto Raptors), pas vraiment affaiblis par un charisme à toute épreuve.

Véritable icône (hip) pop moderne, chacun de ses projets est évidemment scruté au plus haut point par les suiveurs, et parfois avec un manque de recul global sur la performance et le contenu. Car oui, plus vous réussissez, moins vous avez le droit à l’erreur, forcément. On reviendra plus tard sur le manque de recul dont a été victime More Life mais d’abord, contextualisons quelque peu les choses.

En octobre 2016, Drake dévoile Fake Love et Sneakin’ (ft. 21 Savage), qui sont les premiers singles d’un nouveau projet, More Life. Les titres sont excellents et alors que l’excitation est immense, le 6 God décide de lâcher le concept du projet : « une playlist composée entièrement de musique originale ». Déjà parvenu à s’imposer au sein de l’industrie musicale, il veut maintenant en changer les règles. Un plan ambitieux mais Drizzy en a les capacités : un flow infernal, une voix aussi mielleuse qu’agressive et une équipe de production parmi les meilleures que le hip-hop ai connu, mené par Noah « 40 » Shebib, véritable game-changer.

Le18 mars 2017, More Life est donc officiellement dévoilé via l’épisode 39 d’OVO Sound, entièrement consacré à la première découverte de la playlist de l’année. 22 morceaux et donc une particularité : aucune cohérence en termes d’enchaînement des sons, disposés comme bon lui semble par le rappeur de Toronto. Si l’idée avait pourtant de quoi séduire, les premières critiques ne se font pas attendre. Pêle-mêle : Drake abuse du dancehall, il ne rappe plus, il n’écrit pas ses textes, il reprend le flow de XXXTentacion… Voilà pour les critiques acerbes, les critiques construites s’attaquant au manque de conceptualisation du projet et à une perte d’identité, remarque déjà largement entendue à la sortie de Views.

Néanmoins, si les critiques étaient tout à fait compréhensibles pour Views et ce même s’il reste un très bon opus, celles-ci semblent injustifiées envers More Life. Car revenons-en au sujet principal, que vaut réellement cette playlist ?

More Life démarre donc avec Free Smoke, introduction très puissante, où Drake repart sur ses standards de NWTS ou IYRTITL, histoire de rassurer tout le monde quand à ses aptitudes de rappeur. Au fur et à mesure de l’écoute, l’objectif devient très clair, rassembler son immense univers musical et ses nombreuses inspirations dans un seul projet, une contrainte que seule la playlist peut encaisser. C’est ici la clé pour apprécier justement More Life, comprendre d’abord ses enjeux et le choix du format, afin de pouvoir ensuite l’écouter avec le recul nécessaire et valoriser ainsi ses nombreuses qualités.

drake_father

Car des qualités, More Life n’en manque pas. On retrouve un Drake incisif sur les excellents Gyalchester, Free Smoke, Can’t Have Everything et surtout Lose You, dont le superbe refrain est accompagné d’une production colossale de « 40 ». Évidemment, More Life est également remplie de hits en tout genres, du mielleux Passionfruit au casting de stars (Quavo, Travis Scott, Murda) qu’est Portland en passant par l’euphorique et désormais inoubliable Fake Love. Les sons mélancoliques et mielleux sont d’ailleurs une des grandes réussites de l’opus, notamment Madiba Riddim, Blem, et même Teenage Fever, où le sample de If I Had Your Love de Jennifer Lopez ne plaira pas à tous mais reste un clin d’œil sympathique à leur supposée liaison de l’époque. Enfin, du Canada à la Jamaïque, le tour du monde de More Life s’arrête également au Royaume-Uni grâce à la présence de Skepta et Giggs, représentants majeurs de la grime. Une vraie bonne idée, qui donne vie à de très bons morceaux tels que KMT ou Skepta Interlude, et qui surtout tend à populariser un genre encore très sous-estimé malgré une qualité indéniable.

Drake_Giggs

Tout n’est quand même pas réussi dans More Life, le caractère hétérogène de la playlist le supposant plus ou moins. Tout d’abord, les associations avec Kanye West et surtout avec PartyNextDoor ne fonctionnent pas autant qu’espérés, respectivement sur Glow et Since Way Back. Une petite déception étant donné les réussites qu’avaient auparavant engendrées ces collaborations (Blessings, Recognize, Over Here…). Enfin, si les morceaux avec Young Thug, que Drake tient en haute estime, ne sont pas à la hauteur des attentes, on regrette surtout que l’excellent Sneakin’ en compagnie de 21 Savage ne fasse pas partie de la playlist finale.

Véritable concentré du meilleur de ce que Drake peut nous offrir, More Life offre donc à qui le veut bien une  expérience musicale réussie et qui s’inscrit dans la perpétuelle évolution d’une culture hip-hop toujours plus dominante.

À sa sortie, Drake avait résumé More Life en une phrase très simple, qui remplace aisément les concepts dont les albums font habituellement l’objet :

« More Life, More Everything. »

Une marque d’ambition qui sied finalement parfaitement à un rappeur toujours aussi déterminé à exploiter au mieux sa musicalité, histoire de demeurer l’un des artistes les plus influents de sa génération.

[Albums US’17] Les albums déjà présentés

20. Kodak Black – Project Baby 2

19. Big Sean – I Decided

18. CyHi The Prynce – No Dope On Sundays

17. 2 Chainz – Pretty Girls Like Trap Music

16. Young Thug – Beautiful Thugger Girls

15. Metro Boomin x 21 Savage x Offset – Without Warning

14. Meek Mill – Wins and Losses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :