[Albums US’17] #4 Future – HNDRXX

2017 était une année remplie de surprises, de déceptions, ou à l’inverse, de très bons projets. Étant donné que nous arrivons gentiment à la fin de cette cuvée 2017, Skrt! Mag te propose un classement des meilleurs opus US sortis ces douze derniers mois. Un album sera donc dévoilé quotidiennement par ordre décroissant jusqu’au 5 janvier, jour où le meilleur album US 2017, selon Skrt! Mag, sera annoncé. Après Vince Staples qui a inauguré le top 5, place à Future et son deuxième projet de l’année.

Résultat de recherche d'images pour "future hndrxx"

En l’espace de sept jours, Future a eu le temps de sortir deux albums en réussissant par la même occasion à les placer en première place du Billboard américain sur deux semaines consécutives. Il demeure alors pour le moment le premier artiste à avoir réussi cet exploit. Concernant ces deux albums le premier sorti est tout simplement intitulé Future alors que le second HNDRXX, représente le surnom du rappeur qui s’est souvent identifié au regretté Jimi Hendrix, dû par son côté rockstar, mais aussi par son aptitude à créer une musique électrisante. D’ailleurs, même si les deux albums sont sortis sur une courte période d’une semaine, ils englobent une atmosphère complètement différente lors de leur écoute respective.

D’un côté, Future est clairement un album trap rempli d’ambiances moroses et ténébreuses comme le sait si bien faire l’artiste. Un projet qui reste dans la ligne de ce que Future sait si bien faire, au point où on lui reprocherait même un manque de diversité et une prise de risque tout au long de l’écoute. Pourtant, cette première galette contient bien Mask Off, l’un des hits mondiaux de l’année où quasiment chaque personne s’est amusée à hocher la tête sur cette flûte envoutante. De l’autre côté, la deuxième galette reste pour sa part un projet osé et même risqué où Future devient carrément une rockstar grâce des instrumentales plus mielleuses et exotiques qui, il faut le dire, réussissent très bien à l’artiste.

En effet, même si le projet paraît parfois éclipsé par son précédent dû au manque de hits énergiques, de titres accrocheurs dès la première écoute ou encore par le court laps de temps qui les séparent lors de leur sortie, c’est bien HNDRXX qui sort du lot. Bien plus travaillé, comportant une réelle prise de risque et direction artistique totalement différente, Future devient Hendrixx en l’espace de 17 morceaux qui constituent un album homogène et de grande qualité. En parlant de prises de risques, comment ne pas mentionner l’excellent Fresh Air introduit par un sample du titre brésilien Mulher do Poder avant d’enchaîner sur un refrain complètement maîtrisé. D’ailleurs ces refrains exotiques de l’album, sont assurés par Future et virent quelques fois à du pop-rap sans atteindre un niveau superficiel ce qui maintient la qualité du projet tout au long de l’écoute.

De l’autre côté, HNDRXX est un opus plus personnel et introspectif que son précédent où Future s’ouvre au passé avec une transparence totale. Contrairement à l’album éponyme qui est une apologie aux drogues et au matérialisme tout en englobant des egotrip dans des manoirs hantés, HNDRXX est un album qui traite majoritairement des relations que l’artiste entretient avec la gente féminine. Que cela soit ses relations secrètes avec des conquêtes déjà engagées (Keep Quiet), l’ode à la femme de ses rêves (Incredible), son tableau de chasse (My Collection) ou encore son sentiment d’égoïsme qu’il partage tout de même avec Rihanna (Selfish), on le retrouve dans plusieurs situations tout au long du projet.

Bien sûr, le cas Ciara est omniprésent dans ce projet où l’artiste fait plusieurs références à son ex-femme sur quelques couplets. Il n’hésite pas à la référencer indirectement mais d’une façon évidente dans I Thank U. Un morceau avec une excellente boucle de guitare électrique où le rappeur remercie la chanteuse de lui avoir transmis autant de doutes et d’énergies négatives qui lui ont permis de batailler et devenir ce qu’il est actuellement. Ses remords du passé sont aussi une hantise qui revient régulièrement dans les paroles de Future comme l’atteste l’émotif Use Me qui est, incontestablement, l’un des morceaux phares du projet tant par la performance du refrain que par la tristesse et le chagrin ressentis dans le titre.

Ensuite, la tradition veut qu’un bon album de Future se conclut toujours avec une mélodie envoutante et mélancolique. Sur HNDRXX, ce concept n’échappe pas à la règle avec les deux dernières mélodies du projet. Maîtrisés à la perfection, Solo et Sorry reflètent les qualités du rappeur où il arrive facilement à combler les trous béants d’une instrumentale grâce à ses marmonnements mélodiques qui cachent toujours une âme torturée. A en donner le cafard, la production des deux morceaux est simple, mais terriblement efficace tant par l’émotion transmise que par la tristesse de l’instrumentale. D’ailleurs, il s’agit peut-être de la meilleure conclusion que l’artiste ait effectuée tout au long de sa discographie.

I was in the U.K. thinkin’, shit don’t feel the same
Addy got me daydreamin’, hope I ain’t goin’ insane
Hard to say you care about me, when this mink draggin’ to the floor
Tryna find a PYT, I already got some at home
I breathe the air she breathes
It’s hard to breathe on my own
It’s somethin’ ’bout infidelity

Pour finir, cet album est peut-être ce que le rappeur a voulu réaliser avec Honest (2014), mais avec une direction artistique réussie et un lot de morceau homogènes et moins superficiels par rapport au projet sorti en 2014. Avec HNDRXX, Future fait du Hendrixx et marie à la perfection un mélange rap-pop-rock qu’une multitude d’artistes se sont essayés en trébuchant plusieurs fois. En fin de compte, la star d’Atlanta s’est muée en rockstar et a laissé de côté son étiquette de trappeur. Peut-être qu’il s’est trouvé un renouveau musical en l’espace de 17 titres, mais une chose est sûre, il manie à la perfection sa transition entre ces différents genres tout en gardant une dose de rap assurée dans sa musique

[Albums US’17] Les albums déjà présentés

20. Kodak Black – Project Baby 2

19. Big Sean – I Decided

18. CyHi The Prynce – No Dope On Sundays

17. 2 Chainz – Pretty Girls Like Trap Music

16. Young Thug – Beautiful Thugger Girls

15. Metro Boomin x 21 Savage x Offset – Without Warning

14. Meek Mill – Wins and Losses

13. Drake – More Life

12. IDK – IWASVERYBAD

11. Lil Uzi Vert – Luv Is Rage 2

10. XXXTENTACION – 17

9. GoldLink – At What Cost

8. Joey Bada$$ – All-AmeriKKKan Bada$$

7. Big K.R.I.T. – 4eva Is A Mighty Long Time

6. Tyler The Creator – Flower Boy

5. Vince Staples – Big Fish Theory

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :