[DOUR2018] Scarlxrd: sous les cris, le déchirement

Qui va encore en festival pour le line-up proposé ? Personne, le stand de nouilles chinoises étant devenu l’attraction d’une soirée. Au sein d’une Europe dont les festivals font parfois pleurer par leur programmation, il est un rendez-vous à ne pas manquer pour le mélomane aventureux qui sommeille en chacun de nous : Dour. 
Après avoir épluché la programmation proposée par le festival, Skrt Mag a sélectionné 4 artistes – dont vous n’avez peut-être jamais entendu parlé – mais qui a eux seuls méritent la montée jusqu’en Belgique.

Vérifiez casque, protège-dents et plastron, car aujourd’hui nous nous attaquons à un monstre qui ne vous laissera pas indemne.

Scarlxrd – prononcez « Scarlord », ce polisson ayant décidé de remplacer tous les « o » par des « x » – est un artiste originaire de Wolverhampton, au Royaume-Uni et comptabilise depuis son explosion en 2016, déjà 6 albums à son actif. Issu d’une hétéroclité caractérisant le renouveau du hip-hop actuel, Scarlxrd mêle rock alternatif, nü-metal et trap, en un bouillonnement luciférien et esthétique fascinant. Il est un inclassable, une exacerbation du regretté XXXTentacion, un rappeur considéré par beaucoup comme trop violent pour être le leader du renouveau hip-hop, mais prisé des metalheads cherchant à s’encanailler.

A l’inverse d’un Ghostemane, reprenant uniquement l’esthétique métal sur ces morceaux, ponctués de quelques riffs emblématiques pour le clin d’œil, Scarlxrd se donne corps et âmes pour briser ses cordes vocales sur des bêtes d’instrus trap et nous faire ressentir le malêtre qui l’habite, sa misanthropie. Il serait néanmoins réducteur de nous arrêter à cette vision de l’artiste, tant ses albums sont des ascenseurs émotionnels entre des moments de pure violence et des pistes douces démontrant toute la fragilité cachée derrière ce masque anti-pollution et ces lunettes de motocross, derniers remparts de l’artiste face à un monde qui le dégoûte.

Scarlxrd ne laisse pas indemne. Difficile à la première écoute, il se bonifie à mesure de l’intérêt qu’on lui porte. Cette première impression à laquelle tant de gens s’arrêtent, est peut-être ce qui l’empêche de véritablement prendre son envol. Essayez de le comprendre, de lever le masque et allez le voir le vendredi 13 juillet à Dour, au Labo.

Bonus (attention les épileptiques) : Scarlxrd – King, Scar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :