Drip Harder, la trap baroque

Il aura fallu attendre quatre ans et 5 jours pour assister au spin-off de Rich Gang: Tha Tour Pt. 1. Cette mixtape collaborative sponsorisée par le mafieux Birdman qui tirait les ficelles de ses deux marionnettes préférées de l’époque : Rich Homie Quan et Young Thug. Place désormais à une nouvelle pièce de théâtre : Drip Harder. Une pièce grandement influencée mais quand bien même différente de Tha Tour Pt. 1. Menée de main de maître par Gunna et Lil Baby, on assiste au renouveau d’une scène d’Atlanta devenue quelques fois trop stagnante. Sponsorisée par la marque luxueuse VLONE, cette nouvelle représentation théâtrale vous immerge dans une atmosphère riche en mélodies et émotions.

Dotée d’une ambiance solennelle de l’époque de la Renaissance, le projet Drip Harder est digne d’une pièce de théâtre. Lors de la première écoute, on a cette impression de s’installer confortablement sur ce siège en velours, couleur pourpre. Sous les productions aériennes de Turbo le décor est flagrant, chaque percussion ajoute une touche de baroque sur les murales de cette pièce de théâtre. Des murales en soie sang et or qui sont marquées par le logo VLONE à chaque mètre carré. Agrémentée d’ornements excentriques, dorés et osés, la scène principale devient de plus en plus illuminée au fil de l’introduction où l’on aperçoit deux sculptures antiques de formes humaines dignes d’un Francesco Mochi.

Tout d’un coup, après l’ajout des synthés sur Off White VLONE, ces sculptures humaines prennent vie. L’une après l’autre commence à se pavaner le long de la scène pour poser, tour à tour, leurs mesures. La première sculpture, est plus enveloppée et contient ce flow grave composé aussi d’un hymne mélodique, c’est Gunna. La deuxième, est plus frêle mais plus énergique et dispose d’un flow sans fin et d’une voix nasillarde, c’est Lil Baby. Comme le démontrent les excellents Business Is Business et Underdog, l’alchimie entre les deux artistes est incroyable. En pleine symbiose, le style plus terre à terre de Gunna complémente parfaitement le côté fantasque de Lil Baby. Une comparaison qui n’est pas sans nous rappeler celle de Thug et Quan.

Conscients de leurs limites, les deux rappeurs arrivent à palier cette faiblesse avec facilité sur Drip Harder. Par exemple, lorsqu’ils s’amusent à virevolter leur spleen mélodieux sans aucune structure artistique sur le groovy Drip Too Hard, le résultat est très convaincant. De l’autre côté, cette œuvre n’en serait rien sans son metteur en scène Turbo. Le collaborateur de longue date de Gunna prend part à la majorité de la production du projet. Ses instrumentales vaporeuses et trappy sont toujours accompagnées par un rythme de percussions facilement identifiable. Cependant, il y a toujours une couche luxueuse ajoutée à chacune de ses instrumentales comme ce lourd synthé à forte résonance (Business Is Business) ou cette vague à plusieurs fréquences étouffées (Seals Pills).

Au fil de la représentation théâtrale, arrivent deux performances solos. Affalés sur notre siège confortable, notre inquiétude commence à s’éveiller par peur que les deux artistes atteignent leur limite dans leurs solos respectifs. Mais il en est tout autre car il s’agit du point d’orgue de l’opus.  Sous ses airs de petites flûtes sereines agrémentées par des synthés stridents, Gunna nous fait part de sa fierté et sa notoriété en argumentant que plusieurs ennemis s’approprient son style (Style Stealer). De l’autre côté, Lil Baby révèle son talent narratif dans l’introspectif Close Friends où il illustre, tel une peinture baroque, ses remords et erreurs qu’il aimerait corriger pour sauver sa relation amoureuse.

A la fin de la pièce, s’immisce alors une troisième sculpture, encore plus frêle et plus grande que les deux autres. Elle finit par prendre vie quand résonne le morceau My Jeans. Dotée d’une voix perçante et d’un flow complètement atypique, sa dégaine excentrique est vite reconnaissable. Il s’agit bien de Young Thug qui vient apporter sa dose de fantaisie dans un morceau qui atteint des airs d’une imagination sans limite. Les divers tons empruntés, les flows désarticulés ou encore l’adaptabilité déconcertante de leurs mesures, varient selon l’ambiance de chaque instrumentale. Conforme à ce qui s’est fait de mieux pendant la période baroque, Gunna et Lil Baby se sont appropriés instinctivement le courant en l’incorporant à leur musique actuelle.

Une trap baroque qui scintille et fait vibrer chaque ornements et cadres ovales du théâtre lorsque les basses apparaissent. Ces jeunes rappeurs vous accueillent dans l’Atlanta italien, là où la trap verse dans  le baroque. La période contemporaine s’arrête au moment où Gunna et Lil Baby se sont mués en Bernini pour un laps de temps. Bienvenus dans Drip Harder.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :