Future et sa magie noire

Analyse des incantations de Future avec « Never Stop »

Pas assez reconnu, à mon sens, pour son influence notoire apportée à cette nouvelle génération, Future en est désormais à son septième album solo avec Future Hndrxx Presents : The WIZRD. Sans compter ses multiples mixtapes et projets collaboratifs sortis ces dernières années, il serait de mauvaise foi de nier la qualité apportée par cet acharné du travail. Après avoir sorti un documentaire une semaine avant la venue de la galette, Future nous emmène dans un projet complètement introspectif qui recense la croissance de Meathead (tel était son surnom dès son plus jeune âge) jusqu’au Future Hndrxx actuel. C’est dans cette hypothèse que je comprends le titre de l’album. Une sorte de conte mystique qui traite de la biographie du rappeur tout en faisant référence à l’illustre roman du Magicien d’Oz. Ce dernier nous traîne dans un univers complètement maléfique remplit de magie noire, comme The WIZRD.

Mais à la place de vous faire une chronique sur cet album (de nouveau réussi), j’ai décidé de me concentrer uniquement sur le contenu d’un seul morceau : Never Stop. En effet, hormis son influence musicale et artistique tristement contestée, les paroles de celui qui se fait aussi appeler Pluto ne sont malheureusement pas assez mises en avant. Et avec ce morceau servant d’introduction, Future illustre entre autre une adolescence complètement torturée, brisée et disséminée. Ce dernier adjectif décrit également bien les faits à propos desquels le rappeur rappe tout au long de ses morceaux.

Les histoires du rappeur d’Atlanta peuvent paraître parfois confuses ou anachroniques. Il commence par parler de son état actuel pour enchaîner sur une anecdote de son enfance avant de revenir sur ses addictions d’il y a un an: la chronologie n’est pas du tout respectée. Mais tel est la volonté de l’artiste qui cherche donc à ce que l’auditeur recolle toutes les pièces du puzzle pour établir une vraie ligne directrice afin de mieux s’immerger dans l’intimité du rappeur. Place désormais à la dépouille de Never Stop qui peut facilement se ranger parmi les meilleurs morceaux réalisés de Future et qui exige 7 chapitres, comme le nombre d’albums officiels à son actif.

Chapitre 1


It bring tears knowin’ we came up out the sandbox
(Bringin’ tears to my eyes)
Made it out the trenches, it got harder for my niggas


On le retrouve au tout début du premier couplet et il s’agit d’une phase révolue. Future se remémore une relation amicale qui date de l’époque du bac à sable. Ayant grandi dans un univers propice à la violence, il se confie en expliquant être l’un des seuls à s’en être tiré d’affaire. Un passage qui le rend nostalgique tout en donnant avoir la larme à l’œil.

Chapitre 2

« Cut it with a razor and serve it ’til your day
Came from whippin’ out the bowl, Tom Ford suit and tie
Get my grandma to serve my dope, that ain’t a lie
You can tell I’ve been broke when you look into my eyes
Nobody done noticed ’til the jet was in the sky« 


Influencé par son environnement, Future essayait de survivre en tant que bref revendeur. Une variété de stupéfiants voyait la paume de sa main jusqu’à atterrir dans celle du consommateur. Il affirme ci-dessus avoir aussi fouetté le bol (« whippin’ out the bowl), désignant la cuisine gastronomique de la poudre blanche. La métaphore du costard Tom Ford exprime ici le début d’un certain revenu. Il avoue avoir aussi demandé à sa grand-mère de jouer le rôle du trafiquant intermédiaire les jours où il était au lycée… Pour finir, comme l’illustre son célèbre titre Mask Off, Future nous raconte que personne ne pourrait remonter à son enfance pauvre dû au fait qu’il porte un masque faisant office de façade. Apprécions également les rimes.

Chapitre 3

« I can see it vividly at the crib, Rico basement
Watch him get the mula, I was sittin‘ back bein‘ patient
I was sittin‘ back, programmin‘ my brain, I was in trainin« 

Future est aussi connu pour avoir fréquenté les fameux studios (« crib » = planque) de la Dungeon Family. Un des premiers grands collectifs d’Atlanta qui regroupait les mythiques groupes d’Outkast et Goodie Mob, auxquels s’ajoute la clique de production Organized Noise. Les studios se trouvaient au sous-sol de l’habitation de la grand-mère de Rico Wade… Ironie de l’histoire, ce dernier n’est nul autre que le grand cousin de Future! Grandement influencé par les précepteurs du Dirty South, le jeune homme s’asseyait dans un coin et ingurgitait tous les mécanismes du monde de la musique, non sans avoir été formé par ses modèles. D’ailleurs, c’est son cousin qui le surnommait depuis tout petit « Future » et le reste n’est qu’histoire.

Chapitre 4

« I’m livin’ my second life, it’s so amazin’
I done been hit with a bullet, and one grazed me
I done been considered a fake, it don’t faze me
I done came up out the ghetto, my crib gated »

Dans la suite des événements, Future estime vivre une deuxième vie après avoir perdu une partie de sa première lors de son adolescence. En effet, sévèrement touché par une balle et éraflé par une deuxième (« I done been hit with a bullet, and one grazed me« ), l’artiste profite de sa vie de rockstar actuelle tout étant attaché à ses racines.

Chapitre 5

« Tryna shake the devil, on promethazine
Tryna show you love but you don’t feel me
Gave up on me so you turned your back »

Dans ce passage, le rappeur évoque sa période où il vivait pleinement de la musique, devenait connu, mais souffrait de la rupture avec son ex Ciara. Il s’installe ici dans son domaine de prédilection qui reflète bien tout ce qui entoure la dépression, l’esprit torturé ou l’addiction aux drogues. Jouant avec la métaphore du diable en le comparant à sa consommation de promethazine, le rappeur se rappelle donc avoir joué avec le feu tout en n’ayant que des remords douloureux à propos de cette rupture.

Chapitre 6

I don’t feel the safest, but I feel gracious
I thank God every day, I don’t feel basic
Probably lose my sanity if I ain’t have my babies
Probably be gamblin’ with my life if I ain’t made it

On arrive au passage de l’estime de soi de Future. Il évalue toutes ses actions, bonnes ou mauvaises.  Il reconnaît aussi que sans la présence de ses enfants, il serait probablement devenu fou à lier (« probably lose my sanity if I ain’t have my babies »). S’appuyant aussi sur la religion et sa foi quotidienne en Dieu, il n’aurait pu être qu’un simple personnage accro aux jeux d’argent, si son statut actuel n’avait pas été atteint.

Chapitre 7

You can feel the pain when I’m rappin‘ ’cause I’m ragin
You can see my past and where I was on they faces
I done flipped the truck over and crashed, ducked the agents
I been with these blue hundreds like a nigga racist
I been gettin’ richer each year, feel like I’m racin

Au delà, de l’instrumentale mélancolique, de l’atmosphère brumeuse qui plâne au-dessus de ce morceau et des différents timbres de voix que Future utilise pour traverser chaque émotion, il exprime sur cette dernière phase son actualité. Il incorpore ici, audacieusement, les mots « Rapping-Raging-Racist-Racing » dans un même contexte cohérent. Déployant un flow chagriné et affligé, Hndrxx explique d’ailleurs que l’on peut ressentir toutes les souffrances dans ses textes car il est en furie (« You can feel the pain when I’m rappin’ ’cause I’m ragin »).

L’auteur de Mask Off réalise ici une véritable performance. Tout en profitant de sa vie actuelle, son passé revient souvent hanter ses pensées jusqu’à le martyriser et disséminer sa mémoire. Une vie qui laisse des plaies ouvertes, se cicatrisant uniquement à coup de textes marmonnés de la part du rappeur. Ces marmonnements peuvent même se rapprocher des rites ésotériques dont il est impossible de discerner l’entier du lexique parmi les bribes du sorcier. C’est à ce moment-là qu’interviennent les incantations de magie noire de l’alter-égo de Future : The WIZRD.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :