10 rappeurs britanniques à écouter (#1)

Début des années 2000, une petite communauté de londoniens refoulés de la société décide de s’allier et de dévoiler au monde entier leur quotidien. Un quotidien dépravé, violent, crasseux ou encore affligeant. C’est de ce mélange multiculturel d’une communauté rejetée que la Grime a pris ses racines. Comme le hip-hop, ce sous-genre du rap est un élément de la gentrification et voit le jour en Grande-Bretagne pour contester, principalement, la politique sociale britannique.

Longtemps ignorée par les médias et conspuée par le gouvernement pour sa violence, cette Grime se retrouve alors fréquemment jugée comme cause principale lors des représailles, agressions et meurtres dans l’East London. Étant principalement devenu un genre underground après le boycott des autorités, la Grime voit gentiment apparaître ses chefs de file qui vont perdurer le style jusqu’aux années 2010. Les Skepta, Giggs, Kano, Stormzy, Dizzee Rascal ou encore Wiley sont les artistes qui donneront un second souffle au genre et lui permettront d’étendre son aura en-dehors du Royaume-Uni. Son rythme de percussions effréné qui puise dans les sonorités dancehall, électro, mais surtout l’UK Garage a fait de la Grime un genre à part entière.

Désormais, l’Angleterre fait face à une nouvelle génération qui s’inspire de cette musique mais aussi de la Drill. Ce dernier courant né à Chicago fait, avant tout, l’apologie de la violence, de la guerre des gangs tout en s’appuyant sur de grosses basses oppressantes et de jargons violents. En s’inspirant de ces deux genres, la Drill UK reprend désormais le flambeau en ajoutant les lyrics de la Drill américaine, les productions de la Trap, tout en gardant la texture musicale de la Grime et sa tradition historique.

Cependant, tout comme les américains, les artistes britanniques puisent dorénavant dans une immense cuve infusée d’une centaine de genres musicaux. Un fait qui rend la scène Rap UK encore plus intéressante, car de plus en plus diversifiée. Tout en gardant les bases de la Grime ou de la Drill UK, la jeune fougue actuelle se permet de rajouter dans leurs morceaux des mélodies afroswing, country, ou encore de la soca. Une richesse mélodique qui porte un intérêt particulier à cette nouvelle génération britannique de rappeurs, capable d’exploser mondialement.

Tout en ayant concocté une playlist Rap UK, Skrt! Mag vous présente en deux articles, dix jeunes rappeurs britanniques qu’il faut écouter à tout prix. Il est possible que certains aient déjà sorti un album officiel. Mais la plupart ne dispose que de mixtapes ou quelques sons au sein de leur maigre discographie qui s’annonce d’ores et déjà prometteuse.

AJ Tracey, 24 ans

Origine : Ladbroke Grove, Londres
Un album officiel : AJ Tracey (2019)
Trois morceaux : Country Star, Blacked Out, Prada Me

Il s’agit vraisemblablement de l’artiste ayant le plus de chance d’exploser au-delà du Royaume-Uni. Il sait rapper, chanter, dispose d’une technique impressionnante au micro et sait adapter son flow à n’importe quelle mélodie. Rappeur complètement polyvalent, AJ nous a laissé bouche-bée avec son premier album éponyme sorti début février. Doté d’une riche culture musicale, le natif de Brixton peut si bien rapper sur de la « country » (Country Star), de la soca (Butterflies), de la grime (Horror Flick) ou encore de l’UK Garage (Ladbroke Grove). En-dehors de son flow métamorphe, son écriture est captivante et honnête comme l’atteste les entraînants Rina et Nothing But Net. Pris d’une verve facilement infectieuse, AJ Tracey a de beaux jours devant lui, et nul doute d’une carrière flamboyante.

Octavian, 23 ans

Origine : Camberwell, South London
Deux mixtapes : 22 (2016), SPACEMAN (2018)
Trois morceaux : Move Me, Lightning, Here Is Not Safe

La particularité d’Octavian, c’est sa double nationalité. Né sur territoire français à Lille, l’artiste britanno-ivoirien immigre dès son plus jeune âge à Londres après le décès de son père. Sur le sol de Queen Elizabeth, Octavian prend facilement goût à la musique et se crée un univers à part. A la fois cosmiques et épileptiques, ses effets visuels illustrent parfaitement le style musical du rappeur qui tend à marier des mélodies à substances hallucinogènes tout en restant planantes. De plus, sa voix comportant un petit grain rocailleux ajoute cet attribut de plus à son catalogue. En 2018, le projet dithyrambique SPACEMAN a permis à Oct’ de se faire gentiment un nom au-delà des frontières anglo-saxonnes. Son éclectisme audacieux risque de faire des ravages dans les années à venir.

Gaika, âge inconnu

Origine : Brixton, London
Un album officiel : BASIC VOLUME (2018)
Trois morceaux : Crown & Key, Born Thieves, Blasphemer

Si vous avez suivi notre rétrospective 2018, vous connaissez déjà Gaika, car il figure tout simplement premier dans notre top albums avec le sublime Basic Volume. Doté d’une rare authenticité dans ses mélodies, le rappeur s’inspire de l’idéologie de la Grime en réclamant une révolution, voire anarchie pour contester les méfaits actuels du gouvernement. Néanmoins, côté mélodique c’est tout autre chose. En repoussant les codes traditionnels de ce qu’apporte la Grime musicalement, Gaika innove avec des productions ultra futuristes. Repoussant tout stéréotypes, ses pianos hantés fusionnent parfaitement avec son patois auto-tuné. Les textes peuvent aussi s’avérer blasphémateurs. Cerise sur le gâteau, ses visuels inspirés du gothique sont souvent réalisés avec une cinématographie pointue et calibrée. Bref, Gaika vaut le détour !

Fredo, âge inconnu

Origine : Mozart Estate, London
Un album officiel : Third Avenue (2019)
Trois morceaux : Love You For That, Ay Caramba, Survival Of The Fittest

A ne pas confondre avec le défunt Fredo Santana, l’autre Fredo d’outre-manche est originaire d’un quartier chaud, comme son homologue. D’ailleurs, son rap glaçant et poignant muni de paroles tranchantes illustre toute la négativité d’une communauté mise à l’écart par le système politico-social. Avec une musique diffusant régulièrement une atmosphère oppressante, Fredo équilibre les productions trap et grime pour s’assurer son propre univers. Rendant hommage à son quartier, Third Avenue est le premier album officiel de l’artiste sorti en début février. Mis à part ses gros hits (Survival Of The Fittest, BMT), on y retrouve aussi des morceaux poignants imbibés d’honnêteté comme le flagrant  Love You For That. Third Avenue est un projet efficace, fidèle et loyal aux racines traditionnelles de la Grime.

Notre playlist officielle sur le Rap UK :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :